Tag Archives: covid19

Seul.e et moins de 30 minutes, sinon vous serez passé.e par les armes !

Un couple a été repéré par un employé d’une grande surface. Les fâcheux avaient en effet eu la maladresse d’échanger un mot, ce qui n’avait pas échappé à l’œil aguerri d’un employé. Ne doutons pas que ce dernier sera élu employé du mois et montré en exemple.

Mais pourquoi donc ?

Dans le Royaume de Belgique, il est désormais obligatoire de faire ses courses seul.e et ce en moins de 30 minutes chrono. Toute incartade est punie par une amende de 250€ pour le contrevenant et de 750€ pour le magasin!

Cette mesure est contre-productive dans de nombreuses situations. Examinons celle dénoncée plus haut.

Hypothèses.

  1. Soit N le nombre moyen de clients dans le magasin.
  2. On peut raisonnablement penser que l’acquisition d’un meuble ou d’un canapé nécessite l’approbation des membres du foyer.
  3. On peut aussi raisonnablement penser que si un membre de ce foyer est contaminé, les autres le sont également.

Scénario 1. Le couple rentre dans le magasin. Nous avons donc de l’ordre de N personnes devenues suspectes d’avoir été contaminées par le couple. A priori, un couple se déplace de manière grégaire, il n’y a donc pas lieu de penser que le pouvoir contaminant d’un couple est beaucoup plus élevé qu’une personne seule.

Scénario 2. Monsieur rentre dans le magasin, essaye le canapé et ressort afin de permettre à Madame de rentrer et valider l’achat. Nous avons alors de l’ordre de 2*N personnes suspectes.

Ces scénarios s’appliquent à bon nombre d’activités commerciales comme les magasins de bouche, petite restauration, habillement, décoration, électronique, etc. Dès lors, il n’est pas évident du tout que cette règle soit efficace du point de vue sanitaire, et elle est certainement grandement préjudiciable à l’économie en cette période de soldes, car beaucoup préfèrent annuler ou reporter ces types d’achat.

Enfin, il y a la règle des 30 minutes. Pas 31 ou 32, mais TRENTE ! Encore une ineptie. Plusieurs raisons à cela:

  1. Je n’ai pas encore eu connaissance d’un seul magasin appliquant cette règle, tout au plus, certains prient leurs clients de ne pas s’attarder dans le magasin. Or, une loi qui n’est pas appliquée ou respectée est une mauvaise loi.
  2. Je n’ai pas encore vu un seul client chronométrer ses courses, PAS UN. Par contre, certains accélèrent bien le pas.
  3. Ce délai est purement subjectif. Concernant le magasin évoqué plus haut, tout un chacun sait qu’il faut plus de 30 minutes pour parcourir les allées avant de mériter ses huvudroll et que les délais d’attente aux caisses dépassent les 10 minutes dans bien des magasins (j’ai chronométré dans des magasins namurois — la période des vacances a un impact sur le nombre de caissières/caissiers et les soldes attirent davantage de clients, en théorie…).
  4. L’ambiance est devenue tellement morose et anxiogène, fallait-il en rajouter une couche ? Car oui, faire ses courses contre la montre est stressant. Je crains que la santé psychique n’ait pas été prise en compte.

Le texte prévoit également une densité de personnes/m2 maximale, règle qui est généralement appliquée et bien suivie. Dès lors, autoriser la présence de couples pourrait tout au contraire être bénéfique, puisque les couples restent généralement ensemble et contaminent vraisemblablement moins de clients que deux personnes isolées et indépendantes, qui agissent librement dans le magasin. Un manque à gagner pour les magasins ? Peut-être pour les Delhaize, Colruyt, Carrefour & co. mais sont-ce ces enseignes qui souffrent le plus de la crise aujourd’hui ? Et heureusement, nous n’en sommes plus aux foires d’empoigne pour se saisir du dernier sachet de levure ou rouleau de papier WC.

La principale motivation de ces consignes consiste sans doute à réduire le nombre de personnes différentes dans les magasins, et ainsi également la probabilité de voir déambuler des personnes dites “super-contaminantes”. Mais on ignore combien elles sont et le principe semble aussi être sujet à discussion dans les communautés scientifiques. Et soyons de bon compte, s’il faut réduire ce risque, alors il faut généraliser la mesure aux restaurants, cinémas, musées, etc. Ce n’est pas le cas fort heureusement.

Cette règle est également discriminatoire au sein des couples, car les membres d’un foyer ne disposent pas des mêmes facilités pour faire les courses. Elle renforce encore l’isolement social de certain.e.s et rabote les plaisirs du quotidien qui leur restent (beaucoup se privent d’amis, de vacances, voire de collègues puisque le télétravail reste la norme dans bon nombre d’organisations). Il y a aujourd’hui une forme de confinement qui ne dit pas son nom.

Ceci n’est pas un brûlot contre les mesures anti-Covid. Le port du masque, le respect des distances de sécurité, le principe des bulles sont certainement des mesures qui aideront à juguler l’épidémie. Du moins, presque tout le monde en comprend les motivations. La population a en effet été extraordinairement compréhensive et adulte et cela même dans les phases les plus éprouvantes. Mais n’était-il pas possible de se limiter à des recommandations plutôt que d’infantiliser la population en posant ces interdits (les courses seul.e) et des injonctions (<30 minutes) dont les motivations et bénéfices restent très aléatoires, voire douteux ? Ces mesures étaient bien entendu en place dans les premières semaines de la crise, mais la population ne disposait pas de masques, le virus était bien moins connu et la situation bien plus préoccupante. La donne a changé. Des scientifiques, et pas des moindres, contestent cette seconde vague et se montrent plus prudents.

Mais réjouissons-nous ! S’il est interdit aux couples de fréquenter les magasins, vous pouvez toujours vous rendre au restaurant ou au cinéma en amoureux.